Les indicateurs de performance de maintenance : comment s’en servir ?

Écrit par | ICP

Par Jean-Paul Souris

tableau indicateurs performance maintenance

Il y deux natures d’indicateurs, ceux qui mesurent les activités de la maintenance et ceux qui décrivent les résultats, selon le schéma ci-dessous :

tableau activites resultats indicateurs performance

Ne pas oublier que chaque indicateur est calculé à partir de données. Il doit pouvoir pouvoir être décrit par une fiche questionnaire pour répondre aux questions suivantes :

  • Quel type de données (discrète ou continue) ;
  • Comment sont-elles saisies (manuel, automatique, ?)
  • Qui valide la qualité de la saisie ?
  • Comment l’indicateur est-il construit (le mode de calcul) ?
  • Quel est son niveau de confiance ?
  • A qui est-il diffusé ?
  • A quoi ça sert (à qui il profite, les actions engagées) ;
  • Est-il comparé à des objectis ou à des mini-maxi (comme les Cp et CPk par exemple) ;
  • Y-a-t-il un propriétaire ?

Dans chaque indicateur, il sera utile d’analyser la part de la VA par rapport à la non VA, car c’est sur ces analyses que la maintenance peut s’améliorer.

Penser à représenter de manière graphique les résultats des indicateurs avec les modes graphiques choisis par rapport aux graphes suivants :

Ne pas oublier de faire des Pareto Stratifiés.

Exemple de feuille descriptive d’un indicateur (à adapter en fonction de l’approche PSA):

tableau plan de mesure indicateurs

Les frais de fonctionnement
Les frais de fonctionnement concernent tous les frais qui participent au calcul des dépenses permettant d’assurer des prestations. Les paramètres sont les salaires chargés, les dépenses locatives, les amortissements des matériels et équipements utilisés par la maintenance. En fait c’est tout ce concoure à calculer les taux horaires d’intervention, comme si la maintenance était une PME interne.

SENS a dù faire ce calcul pour facturer ses prestations à PSA.

Ce calcul à une autre utilisation, c’est de pouvoir se comparer aux offres extérieures dans le cas d’une « sous-traitance »

Main d’oeuvre

Salaires
Les coûts de main d’oeuvre font partie du calcul des coûts directs de maintenance. Il est nécessaire de les considérer comme chargés.

Formation
Les coûts de formation peuvent être intéressants à suivre par rapport à la masse salariale, pour comparer le % que l’on consacre à la formation. Normalement la maintenance devait consacrer environ 10 % … Soit 10% des effectifs en formation permanence.

Frais de qualification
Il s’agit des frais consacrés à la qualification des interventions et qui sont exigées par la loi (Habilitations par exemple)

Globalement pour la gestion du personnel, les indicateurs suivants sont utiles :

tableau gestion du personnel

Consommations de ressources
La maintenance consomme des ressources pour ses modes de fonctionnement. Il est intéressant de connaître le niveau. C’est comme une petite entreprise qui paierait ses factures d’énergies et de charges.

Immobilisation des actifs
La maintenance possède des équipements (machines, outils) et occupe des surfaces. Tout cela concoure à des coûts.

Calcul des coûts
Il y a deux manières de calculer les coûts; les coûts horaires de maintenance et les coûts horaires d’intervention. Le détail est dans chaque item.

Coûts horaires de maintenance
Comprend l’ensemble des dépenses directes :

  • Part de la masse salariale de l’encadrement pour toutes activités ;
  • Montant des factures des prestataires ;
  • Coûts d’exploitation des matériels et amortissements ;
  • Charges réparties du site (achats, comptabilité, informatique) ;
  • Charges affectées par le siège ;
  • Somme des heures prestées de toutes natures ;
  • Somme des heures prestées par les prestataires.

Coûts horaires d’intervention
Ne comprend que les dépenses directes affectables aux interventions. Ce sont les heures réellement passées en intervention :

  • Masse salariale (sans les absences) ;
  • Part de l’encadrement des Professionnels ;
  • Dépenses de petites fournitures (Chiffons, quincaillerie).

Le ratio est :

Dépenses Directes
__________________________________________
Nombre d’heures réalisées en intervention

Les dépenses

Les natures d’activités
Les dépenses par nature d’activités opérationnelles de maintenance sont nécessaire à connaître pour pouvoir les ventiler par équipement, ligne de production, atelier, usine, en fonction de la décomposition topo-fonctionnelle retenue.

Toutes les dépenses doivent être prises en compte, comme par exemple, le coût de la maintenance préventive réalisée doit prendre en compte le coût de sa réalisation par le service Méthodes Maintenance. (Elaboration des gammes, planification, ..).

Penser à faire des corrélations : (Schéma du plan mercure)

tableau correlations

Toutes les activités supports doivent être raccrochées à des activités opérationnelles. (Ex : L’analyse des pannes doit faire partie du processus Maintenance Correctif)

A prendre en compte :

  • Frais de rémunération du personnel (chargés) ;
  • Fournitures de pièces de rechange et consommables ;
  • Outillages et équipements de maintenance ;
  • Frais divers de documentation, gestion, etc. ;
  • Dépenses externes de prestations sous- traitées ;
  • Frais financiers correspondants à l’immobilisation des pièces de rechange en stock ;
  • Les activités peuvent être présentées par des camemberts ou des Pareto stratifiés.

Les indicateurs d’efficacité du traitement des demandes (à classer par urgence):

TAUX DE TRAVAUX EN ATTENTE :

Nombre de demandes de travaux traités dans une période
__________________________________________
Nombre total de demandes en cours

Méthodes
Toutes les activités support non directement opérationnelles doivent être re-ventilées dans les dépenses opérationnelles qu’ils supportent.

Il n’est pas question d’affecter des heures au centime prêt mais de mettre en place des ratios.

Conception du plan de maintenance
La conception d’un plan prend du temps et il est important de le suivre.

Préparation, ordonnancement, planification
idem

Fiabilisation
idem

Préventif
Les activités de préventif doivent être chiffrées en considérant les heures passées, les pièces et consommables utilisées et les frais répartis des activités méthodes.

Elles doivent être ventilées par Pareto dans les trois natures ; Systématique, Conditionnel, Prévisionnel, d’autant que certaines font appel à des prestations extérieures.

Comme un certain nombre de prestations de préventif sont sous-traitées dans le cadre de contrats globaux, il est nécessaire de les ventiler par installation pour permettre de calculer les coûts directs de maintenance par BE.

tableau maintenance preventive

Indicateurs de réalisation du préventif
Les indicateurs de réalisation du préventif :

  • % de réalisation de ce qui a été prévu ;
  • % des gammes revues par an ;
  • Corrélation avec les indicateurs correctifs, réparation et amélioration.

On peut également calculer un taux de planification qui est le ratio entre les Heures Planifiées par rapport aux heures totales disponibles avec les ressources affectées à ces activités.

CHARGE DE TRAVAIL :

Nombre d’heures prévues
__________________________________
Nombre d’heures réalisables dans la période

 

En plus il faut suivre le taux de réalisation du préventif qui est le calcul des heures réalisées effectivement par rapport aux heures planifiées. La dérive explique des problèmes d’organisation dont il faudra identifier les causes premières.

Correctif
Les interventions sont à chiffrer en séparant bien ce qui est immédiat et différé, car leur ratio est caractéristique de tendances positives ou négatives.

tableau maintenance corrective

Travaux neufs
Les dépenses de travaux sont à enregistrer en les classifiant par nature selon la classification interne à PSA (DCE, DI) ou alors par nature technique.

Assistance à la mise en route
Les dépenses d’assistance à la mise en route doivent être dissociées des dépenses courantes de maintenance afin de ne pas grever anomalement les coûts directs de Maintenance.

Suivi et animation budgétaire
L’animation budgétaire, le suivi des contrats prend du temps, il est utile de mesurer le temps qu’on y consacre.

Consommation des pièces de rechange
Le ratio de consommation des pièces de rechange par rapport aux dépenses directes de maintenance (MOE + PdR) est un indicateur à suivre car il peut montrer en tendance des dégradations lentes de matériels (ou de qualité de réparation des sous-ensembles fonctionnels).

Pour les gestionnaires des stocks les indicateurs suivants sont intéressants :

tableau 8 gestion des stocks

tableau 9 gestion des stocks

Note : Des indicateurs particuliers peuvent être suivis pour les pièces réparables (moteurs, électrobroches, matériel à main au montage, pinces à souder,..), en particulier le temps de fonctionnement après réparations.

Dans le cas ou il y a une grande population de matériels identiques, ne pas oublier d’utiliser les méthodes d’analyse statistiques (échantillonnage et suivi par cartes de contrôle)

tableau 10

Sous-traitance (Externalisation)
La sous-traitance est à suivre par rapport aux coûts internes, ce qui montre le niveau d’Externalisation et le suivi des dépenses dans le contrat et en hors-contrat.

Les résultats
Les résultats concernent l’efficacité de la maintenance vis à vis de son client, l’exploitation.

Disponibilité des équipements

Rendement Synthétique
Le RS est un indicateur global de production qui est calculé avec une décomposition des temps.

La maintenance doit connaître son importance dans la décomposition des temps utilisés pendant les horaires de production effective.

tableau 11

Sa faiblesse réside dans la difficulté à mesurer les micro-pannes, les temps perdus par ralentissement et la réintégration des temps perdus en réalisant des pièces non-conforme.

L’astuce, qui permet d’évaluer le cumul de ces temps est de le comparer par rapport au Ro (Rendement Opérationnel) qui lui est calculé simplement à partir des pièces et non à partir des temps :

Rendement Opérationnel :

Nombre de pièces réalisées conformes
__________________________________
Nombre de pièces théoriquement réalisable au temps de cycle

 

MTBF
Les indicateurs se calculent selon les bases suivantes :
Nota 1 : On ne calcule le MTBF qu’à partir de la première défaillance.

Nota 2 : Essayer de calculer également les écarts types des moyennes.

talbeau indicateurs operationnels

tableau-13-mttr

Indisponibilité des Equipements
Coûts indirects (Pertes d’exploitation)
Combien coûte l’unité d’arrêt d’une installation :

  • Coûts non couverts (liés à l’activité générale de l’entreprise, ils comprennent en particulier) ;
  • Main d’œuvre improductive (opérationnels, encadrement) ;
  • Frais financiers (impôts et taxes) ;
  • Amortissement des bâtiments et moyens de production ;
  • Les frais de maintenance directs ;
  • Les énergies (chauffage et éclairage).

C’est en général la Valeur Ajoutée de l’opération réalisée par le BE.

MTTR
Voir le schéma dans la MTBF.

Indicateurs d’activités du correctif
Les indicateurs sont à rechercher dans le schéma suivant en rajoutant les caractéristiques (nombre par nature). Ce n’est pas un indicateur permanent, mais il peut expliquer en cas d’arrêts de longue durée, les causes premières (le secteur qui a été le plus pénalisant)

tableau 14

Affectation par équipements
Les enregistrements doivent permettre de calculer les coûts directs de maintenance au plus bas niveau afin de les consolider au plus haut niveau de l’arborescence grace au découpage topo-fonctionnel.

Nota : Eviter de mettre dans la décomposition topo-fonctionnelle des données qui ne sont pas des matériels ou BE, par exemple une fonction. La fonction sert à identifier les modes de défaillances dans les AMDEC, mais à pas grand-chose dans la décomposition.

Par contre dans la fiche équipement descriptive, on peut avoir un registre « Fonction », comme il y a des fonctions « Familles »

Calcul de fiabilité
Les données enregistrées doivent permettre de calculer les lois de défaillance et de réparation selon le schéma suivant.

tableau-15

Le Budget
Il doit servir à se positionner dans le cadre des activités et à titre prévisionnel.
Il doit servir à piloter l’activité en se raccrochant à des unités d’œuvre (Volume produit, temps d’engagement des équipements). Les données doivent pouvoir guider sur la décision de modernisation d’un B.E. en anlysant ses coûts de maintenance en période de vieillissement (suivi du coût du cycle de vie)
Il est constitué d’un tableau de bord qui regroupe des indicateurs. Si un indicateur décidé au préalable n’est pas utilisé dans un tableau de bord ou pour prendre des décisions, c’est qu’il ne serta pas à grand-chose.

Le Tableau de bord
Le tableau de bord, n’est qu’un document de synthèse qui regroupe les indicateurs. Afin de permettre des analyses de tendances, il est nécessaire d’avoir sur les mêmes tableaux les résultats sur plusieurs mois glissants.
Penser à paramétrer COMPAS pour les éditions soient les mêmes pour toutes les maintenances (par métiers ??)

Le Budget de dépenses intègre :
• Les coûts des prestations de Main d’œuvre (nombre d’heures prestées x taux horaire) ;
• Décomposition des heures par natures d’activités ;
• Dépenses des pièces de rechange et fournitures (sorties magasin et dépenses directes) ;
• Coûts des contrats de sous-traitance ;
Le tableau de bord doit composer :
• Les coûts directs de maintenance ventilés par nature de frais en situation mensuelle et cumulée ;
• La qualité des activités (respect des délais d’intervention, OT en attente, non-conformités enregistrées, délais moyens de réalisation des interventions, ..)

L’analyse des coûts
La présentation des dépenses doit permettre l’analyse :
• Par nature d’activité technique (Mécanique, électricité, automatismes…) ;
• Par destinations (élaboration du Plan de maintenance, gestion de la documentation, Interventions (MC, MP), suivi des autres activités, spécifications de PdR, Formation…) ;
• Par natures d’intervention (Correctif, Préventif, Travaux…) ;
• Affectation par Equipements selon l’arborescence (ligne, BE, S/Ensemble, composants…).

Calculer le coût direct de Maintenance par rapport à la valeur à neuf d’un BE.

Pour obtenir plus de contenu comme ceci directement dans votre boite de courriel, inscrivez-vous à notre infolettre en cliquant sur le bouton ci-dessous (gratuit).

Je m'inscris à l'infolettre

Last modified:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
fiabilite-des-equipements
Optimisez la fiabilité des vos équipements

Par Christophe Stephan La fiabilité des équipements est un sujet crucial pour tous les secteurs d’activités (Hôpitaux, usines, centres sportifs…)....

Fermer